Bien être en cours

 

 

Bien dans sa peau et dans sa tête,

réveillez votre esprit et affinez votre silhouette

Bien être en cours

 

Bien dans sa peau et dans sa tête,

réveillez votre esprit

et affinez votre silhouette

Laissez tomber le running : 8 excuses pour se mettre au vélo ⭐

24 Mai 2020 | Sport | 6 commentaires

Bienvenue sur le blog Bien être en Cours 🙂 Si vous êtes nouveau ici ou de retour, vous voudrez sans doute lire mon livre "Les 6 piliers d'une journée qui déchire" pour booster votre journée et avancer vers vos objectifs de vie : Cliquez ici pour le télécharger gratuitement 🙂

Vous avez besoin de vous aérer, de vous défouler, de libérer votre énergie et tant qu’à faire de dépenser des calories ?

Envie de profiter de la nature, de respirer, de sentir les fragrances des chemins et sous-bois ?

Et lorsque vous en parlez, tout le monde n’a que ce mot à la bouche : le running !

Il existe bien d’autres alternatives non ?

Mais oui, le vélo !

En tant qu’addict de trail-running, je ne peux pas renier mon attachement aux sorties en pleine nature, mais heureusement, on n’est pas obligé de courir comme Bambi pour profiter des bienfaits des sports extérieurs.

Se mettre au vélo à plus de 40 ans vous fait peur ? Pas de problème, on va dédramatiser !

  • Sport individuel et à la fois collectif ! Une virée à vélo seul, c’est possible, mais en groupe, c’est plus sympa !
  • Et puis, avouons-le, pour les amoureux de la nature, on va plus loin à vélo qu’à pied. Il est donc préférable de découvrir de nouveaux paysages à vélo !
  • C’est un exercice complet qui vous permet d’être en harmonie avec la nature tout le temps ! Vous respirez l’air frais, et le soleil hâle joliment votre peau (en bronzage cycliste, d’accord !),
  • En plus, l’entretien du vélo ne coûte pas très cher. Le cyclisme se féminise, et de plus en plus de magasins proposent des conseils « spécialement conçus pour les femmes ».

Vous cherchez des prétextes pour se mettre au vélo plutôt qu’au running ? Suivez la passionnée …

 

Se mettre au vélo : une femme en VTT

Il me semble que j’ai toujours pratiqué le vélo. Je me souviens de ces samedis : on se donnait rendez-vous avec les copains, on parcourait la ville à vélo, sans fatigue [sans casque].

On ne se rendait pas compte de la liberté qu’on avait, des bienfaits du sport, de pouvoir pédaler sans avoir mal nulle part. Nous n’avions pas mal aux fesses de rester sur la selle !

On ne s’embarrassait pas de prévoir une pompe, une trousse de secours, une bombe anti-crevaison.

La sensation grisante de nous déplacer où on voulait… On ne se rendait même pas compte lors de nos pointes de vitesse que nous faisions du fractionné.

Pendant longtemps, je suis allée au collège à vélo [sans casque]. Cela me semblait normal et logique. Je préférais effectuer ce trajet de 3 km à vélo plutôt qu’à pied, c’était plus rapide.

Aujourd’hui, difficile pour moi d’aller travailler en vélo. Entre les 20 km, la circulation dense, la tenue vestimentaire et la transpiration qui m’oblige à prendre une douche à l’arrivée … Je ne me sens pas trop motivée là !

Alors je le pratique différemment : en mode loisirs, et parfois même en mode compét‘, car il a tellement d’avantages

 

Se mettre au vélo : de meilleurs bénéfices pour le corps

 

 Les bienfaits du vélo sont nombreux, autant pour le corps que pour la tête !

 

Ménagez vos articulations

À la différence de la course à pied, le vélo est un sport « porté » : il décharge le corps de son propre poids. Se mettre au vélo soulage ainsi vos articulations en leur épargnant des chocs.

Si vous avez des problèmes aux genoux, faire du vélo est LE sport à pratiquer. Il va vous aider à apaiser vos douleurs. Le mouvement circulaire et continu du pédalage va par ailleurs renforcer les muscles de vos jambes et aider vos articulations à se remettre en les faisant travailler en douceur. Il vous faudra par contre, en cas de problèmes aux genoux, éviter les montées autant que possible, car elles impliquent de forcer davantage sur vos genoux.

Je l’ai pour ma part beaucoup pratiqué l’année dernière lorsque je souffrais d’un névrome de Morton au pied (inflammation des nerfs au niveau des phalanges) qui m’empêchait de courir plus de 3 km ! Le vélo est également très pratique en cas de tendinite à la cheville.

Si vous avez beaucoup de poids à perdre, vous traumatiserez moins vos genoux à vélo qu’en courant.

Et comme le vélo participe à vous débarrasser de quelques kilos superflus, vos articulations s’en retrouveront récompensées !

 

Renforcez votre système cardio-vasculaire : le souffle et le coeur 

Vous ne vous sentez pas concernée par les risques d’accidents cardio-vasculaire ? Mais si je vous dis qu’en entraînant votre cœur à une capacité de travail plus longue, vous améliorez votre condition physique sur le long terme ?

Je suis plutôt du genre énergique, à rechercher des activités sportives intensives. Mais je m’aperçois de plus en plus que mon corps a besoin d’alterner. Le faire travailler de manière intense me demande beaucoup d’énergie et de longs moments de récupération (je le vois grâce à la mesure de mon activité cardiaque sur ma montre connectée). Et finalement, là où je me sens le mieux, là où je suis dans ma zone d’excellence, c’est dans l’endurance : une pratique en douceur et longue.

Faire du vélo va vous permettre d’améliorer votre endurance, de travailler le souffle et le cœur en douceur.

À allure modérée, votre cœur gagne en capacité de travail plus longue. Vous favorisez l’oxygénation et l’irrigation de vos muscles et de vos organes.

Mais le vélo est aussi cardio : vous pouvez décider de travailler plus intensément, en variant les vitesses et alternant phases de sprint pour faire monter votre rythme cardiaque rapidement et faire travailler plus intensément votre cœur. Vous boosterez ainsi votre métabolisme.

Attention toutefois sur vous débutez de ne pas forcer l’allure dès les premiers coups de pédale sinon vous risquez d’avoir du mal à réenfourcher votre vélo ensuite.

 

 

se mettre au vélo route pour les femmes

Triathlon de Fains – 2018 Normandie – Photo de Caroline Drouart

 

 

 

S’alléger en kilos

Lorsqu’on souhaite perdre du poids, l’activité sportive est indispensable et complémentaire à une modification de son alimentation. Pour les personnes qui recherchent une activité sportive, se mettre au vélo est idéal : moins contraignant que le running, ce sport permet de brûler des graisses de façon saine et stimulante.

Tout d’abord, vous allez brûler des calories, variables en fonction de l’allure à laquelle vous pédalez. Comme tout sport d’endurance, vous commencez à puiser dans les réserves de graisse au bout de 40 minutes d’effort. Donc, si vous souhaitez perdre du poids, programmez des séances de 40 minutes au moins !

Quelques données de dépenses de calories pour 1h de vélo pour une femme d’environ 60 kilos :

  • Allure lente (16 à 19km/heure) : 354 kcal
  • Allure modérée (19 à 22 km/heure) : 472 kcal
  • Allure intense (22 à 25km/heure) : 590 kcal
  • Allure de course (25 à 30km/heure) : plus de 600 kcal

Même en sortie loisirs, à moins de 16 km/heure, vous brûlez 236 kcal en une heure. Aucune excuse pour ne pas joindre l’utile à l’agréable !

En version salle, le vélo est un exercice très demandeur en énergie. En fonction du programme que vous choisissez, il vous permet d’éliminer en moyenne 750 calories pour une séance de 45 minutes !

 

Affinez votre silhouette

 

Le vélo pour perdre du ventre !

Comme le vélo est un sport cardio, il stimule l’ensemble des muscles du corps pour brûler les graisses. Résultat : les zones habituellement plus graisseuses, le ventre en première ligne, sont aussi sollicitées. En position sur le vélo, notamment en descente où, pour maintenir le guidon vous engagez votre ceinture abdominale, vous « gainez », ce qui participe indirectement à affiner votre ventre.

Affûtez vos jambes

Sur du plat, le haut du corps ne travaille pas beaucoup. Le pédalage va muscler le bas du corps : cuisses, mollets, fessiers et un peu le buste (poitrine, bras, abdominaux). Même à allure douce !
Donc, mesdames, soyez rassurez, le vélo ne fera pas gonfler vos cuisses !

Un anti-cellulite

Sport d’endurance, grûle-graisse, focalisé sur le bas du corps : se mettre au vélo est redoutable pour les capitons. Une astuce : la régularité !

 

 

 Le vélo est accessible à tous

Ce que j’apprécie particulièrement dans le vélo, c’est que c’est un sport doux, même si vous êtes enceinte, contrairement à la course à pied.

  • Pendant la grossesse : écoutez votre corps et adaptez la pratique du vélo à ce nouveau moment. Les pentes fortes sont à éviter, rouler en danseuse n’est pas conseillé ! Mais si vous vous sentez en forme et que vous avez la bénédiction du médecin, le vélo est tout à fait praticable !
  • Après l’accouchement, c’est tout à fait possible. Quelques précautions seront à prendre pour vous remettre en selle. Dans un article du blog cyclable.com (source indiquée en bas d’article), vous trouverez de nombreuses infos sur comment se (re) mettre au vélo après l’accouchement.
  • En famille. C’est d’ailleurs après mon 1er enfant que nous nous sommes équipés en famille, avec siège accroché à l’arrière : les balades en famille à vélo, ça change de la traditionnelle poussette, on peut aller plus loin, et déjà donner le goût de ces balades à nos bambins ! Faire des balades à vélo est devenu plaisant avec les enfants. Lorsque ma fille était à l’école élémentaire, nous avions l’habitude de faire des sorties les dimanches matin : moi à la course à pied et elle à vélo, à chacune son allure !
  • Pour les personnes qui ont du mal à marcher : portés par le vélo, vos articulations et votre corps en général ne subissent pas d’impact. Se mettre au vélo est très souvent recommandé, car cette activité cardio douce ne génère pas de traumatisme aux personnes en surpoids, aux personnes âgées ou souffrant de douleurs aux genoux.

 

 

 Les bienfaits du vélo pour la tête

En ville, pratiquer le vélo en ville évite les embouteillages, et permet de trouver plus facilement des places pour se garer les jours de marché (c’est du vécu !).

À la campagne, vous profitez de l’air pur, du paysage.

Mais le plus important : le sentiment de liberté !

 

S’aérer l’esprit

Comme tous les sports, le vélo stimule la production d’endorphine, hormone du plaisir. Donc, en plus des bienfaits physiques sur votre corps, vous ressentez un bien-être qui participe à la détente générale de l’esprit. Relaxation déjà assurée !

Mais il n’y a pas que l’effort physique qui apporte cette relaxation.

Un parcours bien choisi va vous apporter de nombreux bénéfices :

  • La découverte de nouveaux paysages, d’embruns différents,
  • Des terrains variés, irréguliers, pour mettre un peu d’épices dans votre séance, alterner les montées, plats, descentes,
  • Le sentiment de dépassement de soi après avoir terminé la montée,
  • L’exaltation de la descente les cheveux au vent (avec le casque)
  • La fatigue réparatrice de fin de sortie
  • Un playlist musicale bien choisie

 

 

 Se mettre au vélo : vecteur d’émancipation pour les femmes !

Les femmes ont dû lutter pour avoir le droit de rouler à bicyclette. C’est une des raisons pour lesquelles le vélo est un de mes sports préférés : il a participé et participe toujours à l’émancipation des femmes !

En 1896, la militante des droits des femmes américaine Susan B. Anthony eut ce mot :

« La bicyclette a fait plus pour l’émancipation des femmes que n’importe quelle chose au monde. Je persiste et je me réjouis chaque fois que je vois une femme à vélo.»

Je suis bien de son avis !

 

carte postale vintage de femme en vélo

Le vélo a aussi permis aux femmes de faire évoluer les usages vestimentaires : difficile de se mettre au vélo en robe ! Les pantalons bouffants dits « bloomers » sont alors apparus. Bon, de nos jours, la mode cycliste a quelque peu évolué, et il y a encore matière à s’améliorer pour les femmes : les rayons sont largement pourvus en tenues sportives pour les hommes, mais il faut vraiment aller chercher pour les femmes. Et toutes les femmes ne sont pas des adeptes du rose !

 

Si vous voulez en savoir plus sur cette histoire d’amour entre les femmes et la bicyclette, j’ai lu cet article qui nous raconte toute l’histoire et nous informe également de la lutte qui continue dans certains pays du monde pour l’accès des femmes à la pratique du vélo.

 

 

 Pour le fun et la liberté : pratiquez le VTT !

 

Pour moi VTT = liberté. Liberté de circuler partout, comme son nom l’indique sur tous les terrains, en montagne, en sentier caillouteux, dans la boue… Le VTT aime être malmené, il n’aime pas les routes trop lisses, d’ailleurs il s’y abîme les pneus.

Le VTT est la métaphore de la vie.

Il aime les montées et les descentes, les routes rugueuses, les passages compliqués, les endroits où il faut ralentir (c’est d’ailleurs pour cela qu’il est équipé de plusieurs vitesses ). En VTT, on ne recherche pas la vitesse, mais le plaisir ! On prend d’ailleurs les mêmes chemins en VTT qu’en trail-running, c’est certainement pour cela que le VTT est ma pratique préférée de vélo.

 

Comment se mettre au VTT quand on est une femme ?

Lorsque je vais courir le dimanche, je vois de nombreux groupes de cyclistes, mais souvent très peu de femmes dans ces groupes. Est-ce réservé ? Pourquoi si peu de femmes ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le VTT n’est pas une pratique de sauvage musclé, on peut pratiquer le VTT sans affronter d’obstacles très techniques, très pentus ou très caillouteux. Comme pour toute pratique, vous pouvez le pratiquer en mode doux ! Le VTT est idéal pour l’endurance et le renforcement musculaire.

 

Caroline Drouart en VTT

Raid les Sans Bornes du Diable – Dordogne 2019 – Photo Caroline Drouart


Sélectionnez votre matériel de VTT

  • Choisissez bien votre vélo : quel usage en ferez-vous, sur quel type de chemins ? Tout le monde ne veut pas forcément faire de la compétition. Si vous aimez les chemins cahoteux et montagneux ou en forêt, pensez à privilégier de bons amortisseurs avant et arrière, votre dos vous dira merci !

Si vous voulez le conseil d’une pratiquante pour qui les montées sont souvent difficiles : préférez un VTT léger, le pédalage sera plus aisé, et en cas d’embûche en chemin (du style un arbre tombé dans la forêt), il sera plus léger à porter

  • Prenez un vélo à votre taille, et pas juste le vélo qu’on vous a donné. Si le cadre n’est pas à votre taille, vous aurez beau monter ou descendre la selle, votre position ne sera pas confortable et les longues séances auront raison de votre dos ou de vos ischios !
  • Prenez soin de votre fessier : veillez à bien choisir votre selle, car il n’y a pas que les hommes qui sont gênés, les femmes aussi ! N’hésitez pas à acheter une autre selle que celle vendue avec le VTT, il existe plusieurs largeurs différentes. Faites-vous conseiller : la selle la plus large ne sera pas forcément la plus confortable pour vous, elle doit s’adapter à votre morphologie (les os du bassin qui sont en contact avec la selle, doivent être le mieux positionnés possible ). Faites vous aider aussi pour le réglage en hauteur et en inclinaison : une légère inclinaison de la selle vers l’avant évitera irritations et brûlures urinaires !
  • Habillez-vous en conséquence : un cuissard évitera le frottement des cuisses. Vous pouvez opter pour un cuissard avec petite mousse ou peau de chamois intérieure pour préserver votre anatomie. Tout dépend de votre morphologie !

 

Préparez votre sortie

  • Matériel : le casque, c’est le minimum. Selon les conditions météo et si c’est pour une pratique « sportive », je vous conseillerai également les gants. Les lunettes sont également pour moi indispensables : en cas de soleil, c’est évident, mais aussi pour éviter les moucherons quand vous prenez de la vitesse !
  • Vérifiez les freins et les vitesses. Et pendant la sortie, pensez à bien changer de vitesse pour vous économiser et répartir votre effort. Sinon vous risquez de ne pas tenir dans la durée.
  • Un petit sac à dos avec les indispensables : goûter léger (fruits secs, barre de céréales) , de l’eau, une petite trousse à pharmacie, un petit kit de réparation express,
  • Un itinéraire : vous pouvez choisir des itinéraires balisés, renseignez-vous sur internet au préalable, ou choisir de suivre des chemins en forêt.
  • Sortez en groupe : cherchez autour de chez vous, des associations organisent parfois des randonnées VTT accessibles à tous. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles balades et de faire une sortie en groupe. Attention à ne pas faire vos premières sorties avec des vététistes chevronnés, le rythme risque d’être difficile à suivre !
  • Commencez doucement : attention à ne pas partir trop vite, vous risquez de vous cramer dès le début Faites également attention aux descentes : si c’est votre première sortie VTT, il y a des comportements et techniques à acquérir et une descente à tombeau ouvert risque de faire mal en cas de chute.

 

Vous êtes parée ? Lancez-vous et prenez du plaisir !

 

 

 Se mettre au vélo pour aller au boulot

Faites comme 2% de la population active : préférez le vélo pour aller au boulot. Selon l’INSEE, 2% des actifs allaient au boulot à vélo en 2015. Attention, c’est une moyenne nationale : dans les villes-centre des grands pôles, le chiffre monte à 4% de travailleurs à vélo, la palme revenant aux Alsaciens !

Sur des distances très courtes, la marche est préférée, mais le chiffre des travailleurs utilisant le vélo monte jusqu’à 5% lorsque le lieu de travail se trouve jusqu’à 4 kilomètres du domicile.

  • À noter que l’âge des cyclistes ne rentre pas en compte dans la pratique : quel que soit l’âge, toujours 2% des actifs utilisent la bicyclette pour parcourir les 4 km de trajet domicile/travail.
  • Toujours dans cette même étude, les cadres et diplômés de haut niveau sont plus nombreux à utiliser le vélo : 4% pour les cadres supérieurs et 5% pour les doctorats.
  • Pour la répartition hommes /femmes, on constate une disparité : 4% des hommes pour 1.5% des femmes utilisent le vélo. Il serait plus privilégié selon la composition de la famille. En effet, difficile d’emmener plusieurs enfants à l’école à vélo ; pas impossible, mais compliqué !
    Le rôle de la tenue n’est pas négligeable : difficile d’aller au travail avec une tenue adaptée au vélo, il font donc prévoir des vêtements de rechange quand cela est possible. Autre facteur de l’inégalité homme-femme : « On sait que les femmes ont des types de déplacements différents, c’est principalement elles qui font certains achats et vont chercher les enfants à l’école par exemple, ce qui peut décourager dans la pratique du vélo » explique Jérémy Courcel, chargé d’études à l’IAU d’Ile de France.

 

 

Se mettre au vélo en ville

 

 

  Quand il fait chaud, mieux vaut se mettre au vélo !

Lorsqu’il commence à faire chaud, pratiquer la course à pied peut devenir compliqué… Si comme moi, vous souffrez de la chaleur, aller courir sous le soleil dès le matin se ressent d’une part sur votre foulée, votre souffle et votre énergie s’évapore très vite. Vous avez l’impression de subir cette sortie running, recherchez le moindre coin d’ombre, de vous battre pour terminer. Pas très ressourçant tout ça !

Se mettre au vélo en été est une très bonne idée : oui, vous allez transpirer, mais la vitesse vous amènera de l’air pour vous refroidir. Surtout, votre cardio restera beaucoup plus bas.

 

 

 Se mettre au vélo, c’est tendance !

Écolo, pratique et peu coûteux, quelle bonne alternative ce vélo !

En plus des tous ses avantages :

Chouchouter votre santé, votre forme et votre silhouette

Amener détente et relaxation

Être accessible à tous quel que soit l’âge et la condition physique,

Contribuer à l’émancipation des femmes

Être vecteur de fun et de liberté,

Idéal pour les trajets de moins de 4 km pour aller au boulot

Apporter fraîcheur en cas de forte chaleur,

Le vélo se décline aussi sous d’autres formes : vélo route, vélo électrique, vélo d’appartement, vélo elliptique, aquabike… Tellement de choix !

 

Alors, vous préférez quoi ?

J’aime la bicyclette pour l’oubli qu’elle donne. J’ai beau marcher, je pense. A bicyclette, je vais dans le vent, je ne pense plus, et rien n’est d’un aussi délicieux repos.

 – Emile Zola –

Partager sur les réseaux sociaux
  •  
  •  
  •  
  •  

6 Commentaires

  1. Margaux

    J’aime beaucoup le design de ton article qui le rend facile et agréable à lire ! Et je ne m’attendais pas à voir une partie sur l’émancipation des femmes, je trouve ça top que tu en aies parlé ! Bravo 🙂

    Réponse
    • caroline

      Bonjour Margaux, merci pour ton retour. Oui, l’émancipation des femmes, sujet qui me tient à cœur, et tellement encore d’actualité !

      Réponse
  2. Marlène

    Bel article qui rend le vélo très attractif!

    Réponse
    • caroline

      y’a plus qu’à !

      Réponse
  3. céline

    Merci pour cet article qui donne envie de s’y mettre!!!!!

    Réponse
    • caroline

      Oui !!! go !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Commentaires

  1. Margaux

    J’aime beaucoup le design de ton article qui le rend facile et agréable à lire ! Et je ne m’attendais pas à voir une partie sur l’émancipation des femmes, je trouve ça top que tu en aies parlé ! Bravo 🙂

    Réponse
    • caroline

      Bonjour Margaux, merci pour ton retour. Oui, l’émancipation des femmes, sujet qui me tient à cœur, et tellement encore d’actualité !

      Réponse
  2. Marlène

    Bel article qui rend le vélo très attractif!

    Réponse
    • caroline

      y’a plus qu’à !

      Réponse
  3. céline

    Merci pour cet article qui donne envie de s’y mettre!!!!!

    Réponse
    • caroline

      Oui !!! go !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.




Suivez-moi sur les réseaux sociaux

%d blogueurs aiment cette page :