Bien ĂȘtre en cours

 

Éveillez votre potentiel et exprimez votre puissance fĂ©minine

Comment affronter ses peurs (mĂȘme si elles sont profondes)

par | Nourrir son esprit | 10 commentaires

Bienvenue sur le blog Bien ĂȘtre en Cours 🙂 Si vous ĂȘtes nouveau ici ou de retour, vous voudrez sans doute lire mon livre "Les 6 piliers d'une journĂ©e qui dĂ©chire" pour booster votre journĂ©e et avancer vers vos objectifs de vie : Cliquez ici pour le tĂ©lĂ©charger gratuitement 🙂

Ce sujet est venu Ă  moi car je traverse une phase d’hĂ©sitation. Plus exactement, je suis tĂ©tanisĂ©e.

Ça vous est dĂ©jĂ  arrivĂ©, cette sensation de savoir prĂ©cisĂ©ment la chose Ă  faire mais de ne pas passer Ă  l’action ?

Et vous ne comprenez pas pourquoi, vous hĂ©sitez. Vous faites des dĂ©tours. Vous vous dites que vous avez ça et encore ça Ă  faire avant. Vous savez qu’on appelle ça la procrastination ? Pas parce que vous avez la flemme, rien Ă  voir. Non, ce sont vos peurs qui vous freinent et vous mettent des bĂątons dans les roues. Jusqu’Ă  vous paralyser.

C’est le moment d‘affronter ses peurs, et de s’en dĂ©barrasser. 

La semaine derniĂšre, j’ai participĂ© Ă  un sĂ©minaire de dĂ©veloppement personnel : j’y ai vĂ©cu un exercice puissant sur mes peurs. Et j’ai eu le dĂ©clic : mes blocages actuels Ă©taient en fait dĂ»s Ă  ces peurs profondĂ©ment enfouies. Si bien cachĂ©es que je ne les voyais plus; par contre je vivais avec.

Des peurs ? Quelle horreur ! Mais comment fait-on pour affronter ses peurs ?

Je me suis penchĂ©e sur la question, je vous raconte en dĂ©tail ma prise de conscience et vous partage mon plan d’action, pour identifier ses peurs, les affronter et oser avancer.

Prendre conscience de ses peurs

 

La vie est faite d’Ă©tapes

2020 a Ă©tĂ© une annĂ©e oĂč j’ai appris tellement de choses, c’est gĂ©nial.

Cela fait maintenant 1 an que j’ai dĂ©cidĂ© de changer radicalement d’activitĂ© professionnelle et de vie. BientĂŽt 1 an que je partage sur ce blog des conseils, astuces et techniques pour se sentir mieux dans son corps, dans son esprit, dans sa vie, pour mieux se connaĂźtre, pour prendre sa vie en main et dĂ©cider de faire ce que l’on veut de sa vie.

Aujourd’hui, je suis Ă  une nouvelle Ă©tape du dĂ©veloppement de mon activitĂ© : je vais proposer un programme d’accompagnement sur-mesure aux personnes qui ont besoin d’aller plus loin. J’ai toutes les cartes en main : la formation de coach, les outils, l’expĂ©rience des mes prĂ©cĂ©dents coaching, les personnes qui me suivent.

En fin d’annĂ©e, j’ai fait un gros break pour me ressourcer et rĂ©flĂ©chir Ă  la façon dont j’allais travailler dorĂ©navant. J’ai pris conscience qu’il fallait que j’arrĂȘte de me disperser et de dilapider mon Ă©nergie dans les innombrables idĂ©es qui me passaient par le tĂȘte.

J’avais besoin de me recentrer pour avancer vers mon objectif de vivre de mon blog.  J’ai donc choisi de me faire coacher pour enfin « accoucher » de ce programme d’accompagnement et mettre de l’ordre dans toutes ces idĂ©es.

Maintenant, je veux me concentrer sur ce qui me plait vraiment, me procure du plaisir au quotidien. Car c’est lorsque je suis dans le plaisir que je suis Ă  mĂȘme d’offrir le meilleur de moi-mĂȘme aux personnes que j’accompagne. Alors, je rĂ©flĂ©chis Ă  la meilleure façon de le faire.

Et je ne fais rien.

Certains me trouveront active, car je réalise articles et vidéos, mais je ne lance toujours pas mon offre de coaching.

 

La procrastination ? Non merci, pas pour moi

Si vous vous demandez pourquoi vous ne passez pas Ă  l’action alors que vous savez trĂšs bien quoi faire, j’ai repĂ©rĂ© cette illustration trĂšs sympathique de la procrastination, qui vous Ă©clairera peut-ĂȘtre :

Il y a plusieurs types de procrastination et je ne veux pas m’Ă©taler sur ce sujet aujourd’hui. Alors pour faire court, j’ai toujours pensĂ© que j’avais plutĂŽt tendance Ă  procrastiner intelligemment (c’ est tout moi 😂) : peaufiner tellement ce que je faisais que je mettais du temps, et beaucoup d’Ă©nergie Ă  crĂ©er quelque chose qui se rapproche de la perfection.

Publier des articles et des vidĂ©os, c’est la partie Ă©mergĂ©e de l’iceberg. Ce que je ne produis pas, qui est encore dans ma tĂȘte, c’est toute la partie immergĂ©e.

Alors, quand j’ai regardĂ© la vidĂ©o ci-dessus, je m’y suis bien retrouvĂ©e ! Je viens juste de passer 1heure avant cet article Ă  :

🔎  Faire le tri de ma boite mail

🔎 Envoyer un message à une vieille amie

🔎 Lire un tas d’articles inutiles

Pourquoi je ne me mets pas directement sur cet article que j’ai prĂ©vu de faire ?

😹 Parce que j’ai peur de mon article soit nul,

😹 Peur qu’il n’apporte pas assez de valeur Ă  mes lecteurs

😹 Ou tout simplement peur qu’il ne soit pas lu


J’ai rĂ©alisĂ© que ce que je prenais pour de la rĂ©flexion et de la prĂ©paration n’Ă©tait en fait que des blocages dĂ»s Ă  mes peurs.  J’avais du mal Ă  y croire. Je pensais avoir passĂ© le stade de la peur en envoyant balader toute ma premiĂšre vie professionnelle et en osant me lancer dans ma nouvelle activitĂ©.

Ça c’Ă©tait ce matin. Il faut que je vous raconte mon sĂ©minaire de la semaine derniĂšre.

iceberg : peurs enfouies, partie immergée

Faire face Ă  ses peurs

Car la semaine derniĂšre, je me suis pris une grosse claque.

Partie pour une journĂ©e intense dans le sĂ©minaire de dĂ©veloppement personnel organisĂ© par ma coach (en prĂ©sentiel, quelle joie đŸ€©), je suis prĂȘte Ă  vivre une journĂ©e puissante et magique. Et c’est le cas : au cours de la journĂ©e, nous vivons des moments tantĂŽt Ă©mouvants, tantĂŽt ressourçant, et parfois dĂ©stabilisant
 C’est ce qui m’arrive lorsque nous nous livrons Ă  un exercice sur la libĂ©ration de nos peurs : pour certains c’est une vraie libĂ©ration, pour moi ce sera une rĂ©vĂ©lation.

C’est comme si j’avais soulevĂ© le couvercle et dĂ©couvert toutes les peurs que j’avais pris soin de dissimuler (inconsciemment) derriĂšre mon dynamisme et ma crĂ©ativitĂ© apparentes.

Mes peurs sont bel et bien lĂ .

J’ai mis quelques jours Ă  me rendre compte que ce sont ces peurs qui me barrent le chemin et me freinent dans la crĂ©ation de mon accompagnement.

Je n’ai rien vu venir, j’ai honte !

Je suis coach, je devrais savoir dĂ©tecter que toute cette procrastination que je suis en train de vivre n’est que de la crainte devant un obstacle, une peur de passer Ă  l’action.

Comment n’ai-je pas vu cela avant ?

Mais parce que je n’ai pas ce recul pour moi. C’est bien pour cela que j’avais choisi de me faire accompagner đŸ€Ł

PassĂ© le moment de stupĂ©faction (et les moments oĂč j’avais juste envie de me rouler en boule et qu’on me laisse tranquille), je me suis rĂ©solue Ă  prendre le taureau par les cornes et Ă  me pencher sur ces peurs si profondĂ©ment enfouies que je ne les avais pas identifiĂ©es.

Mais comment affronter ses peurs, et les surmonter alors qu’on ne les a pas identifiĂ©es ?

 

Affronter ses peurs : pourquoi, comment ?

 

Faut-il affronter ses peurs ?

 

Alors que je m’apprĂȘte Ă  Ă©crire et proposer ce programme d’accompagnement qui me tient Ă  cƓur, voici les questions qui me viennent Ă  l’esprit :

  • et si ce que j’avais Ă  apporter n’Ă©tait pas suffisant ?
  • et si ce que je dis dans ma proposition est incomprĂ©hensible ?
  • et si personne ne lisait ce que j’apportais ?
  • et si mon programme n’intĂ©ressait personne ?
  • et si


Rien que d’Ă©crire ce quelques lignes, j’ai des nƓuds qui se forment dans mon estomac, j’ai du mal Ă  respirer et j’ai envie d’aller me prĂ©parer un thĂ© (ceux qui ont vu la petite vidĂ©o du dessus comprendront 😆).

Ces symptÎmes physiques sont le reflet des émotions négatives qui me traversent. Et que fait-on avec les émotions ?

On les accepte. Car les Ă©motions nous malmĂšnent, elles nous secouent, on se sent mal, on aimerait que cela cesse 
 mais elles ont toutes une fonction, un message Ă  apporter.

Le courage d’affronter ses peurs

 

Prendre conscience de ses peurs et dĂ©cider d’ y faire face : on se retrousse les manches et on y va.

Ben oui, ça fait mal de remuer tout ça, alors je n’ai pas trop envie que ça dure
 et puis, j’ai envie de le sortir ce programme d’accompagnement.

Alors, maintenant que je sais que j’ai la frousse, je n’ai qu’Ă  agir : aller au-devant de ces peurs et les attaquer de front pour m’en dĂ©barrasser !

D’un cĂŽtĂ©, j’ai bien envie de prendre mon glaive et mon bouclier et partir Ă  l’assaut de mes peurs.

OĂč vous cachez-vous  ?

De les défier dans leur forteresse, les provoquer pour les surmonter.

Je peux aussi  mettre mon casque de chantier et prendre ma boĂźte Ă  outils : alors, elle est oĂč cette technique pour affronter ses peurs ?

Bon, ça c’est mon cĂŽtĂ© masculin.

Mais vous le savez, j’en ai marre de me battre.

Je veux faire diffĂ©remment. Je sens qu’il y a d’autres façons d’aborder le problĂšme. Une des clĂ©s que je donnais dans cet article pour accepter ses Ă©motions est de les laisser s’exprimer et de les partager. J’ai envie de m’ouvrir Ă  d’autres Ă©nergies, plus fĂ©minines.

C’est ce que j’ai choisi de faire au travers de cet article. Parler de mes Ă©motions, de cette vulnĂ©rabilitĂ© qui, au contraire de m’affaiblir, fait simplement de moi une personne humaine. Et m’ouvre Ă  de nouvelles possibilitĂ©s.

Car je ne suis certainement pas la seule à ressentir ces peurs transformées en blocages.

wonder woman : combattre ses peurs

Que faire pour affronter ses peurs ?

 

Vaincre ses peurs pour avancer : la raison ou l’intuition ?

Je pourrais vous parler de techniques pour combattre les peurs.

Vous retrouverez notamment la technique du coĂ»t de l’inaction, une technique qui sert Ă©galement Ă  prendre une dĂ©cision :

  • Ă©crire ce qui pourrait nous arriver de pire, sa probabilitĂ©,
  • les mesures d’Ă©vitement ou de rĂ©paration,
  • le rĂ©sultat positif Ă  en tirer
  • et surtout quel coĂ»t Ă©motionnel, physique et financier si on n’agit pas ?

Cette technique provient du mental, du raisonnement. C’est l’hĂ©misphĂšre droit de votre cerveau qui fonctionne (cĂŽtĂ© masculin).

Elle fonctionne parfois pour moi. Sauf qu’aujourd’hui, elle ne me suffit plus.

Pendant longtemps, j’ai fonctionnĂ© beaucoup plus avec mon cerveau droit qu’avec le gauche.

Maintenant, j’ai surtout envie de laisser parler le cĂŽtĂ© fĂ©minin, l’hĂ©misphĂšre gauche : un peu plus de place Ă  l’intuition, la crĂ©ativitĂ©, la spontanĂ©itĂ©. C’est ce cĂŽtĂ© que je travaille depuis quelques mois.

J’ai pris conscience de ce besoin, et ma coach l’a elle aussi dĂ©tectĂ© et elle a touchĂ© le point sensible : laisser de la place Ă  la spontanĂ©itĂ©.

Et elle m’a donnĂ© un dĂ©fi, auquel je pensais mais que je n’osais pas faire : publier une vidĂ©o, sans script, sans scĂ©nario, sans prĂ©paration quoi. Et la lui envoyer, dans les heures qui suivaient le rendez-vous.

Défi relevé. Voilà cette vidéo, déjà diffusée sur mes comptes Instagram et facebook :

Oser faire ce qui vous fait peur : s’exposer

C’est une technique pour affronter ses plus grandes peurs, et pour moi la dĂ©finition du courage : avoir peur et oser le faire quand mĂȘme.

C’est d’ailleurs ce que prĂŽne aussi Tim Ferriss dans sa vidĂ©o sur le coĂ»t de l’inaction :

« Ce que nous craignons le plus de faire est généralement ce que nous avons le plus besoin de faire ».

C’est ce qui me faisait peur et que j’avais certainement besoin de faire : une vidĂ©o spontanĂ©e. Car depuis plusieurs semaines, je m’Ă©tais habituĂ©e Ă  faire mes vidĂ©os, Ă©crites, prĂ©parĂ©es, montĂ©es, affinĂ©es. DerriĂšre cela, il y a mon besoin de contrĂŽle toujours extrĂȘmement prĂ©sent, mais qui me prend une sacrĂ©e dose d’Ă©nergie !

MĂȘme s’il y a quelques mois je ne faisais mĂȘme pas de vidĂ©os, celles-ci font dorĂ©navant partie de ma zone de confort, je m’y suis habituĂ©e. Et en effet, quand on reste dans sa zone de confort, on ne prend aucun risque, et donc on n’Ă©prouve pas de peurs.

C’est quand on doit en sortir qu’on arrive dans une zone de panique totale , et j’en suis lĂ .

Je peux vous dire que je n’ai pas rĂ©flĂ©chi longtemps avant de faire cette vidĂ©o spontanĂ©e, de peur de reculer avec ce trac au ventre. Et je n’ai fait qu’une seule prise, pour aussi lĂącher prise sur mon perfectionnisme (toujours lĂ  celui-lĂ  🙄).

sortir de sa zone de confort

Trouver un allié pour confronter ses peurs

Maintenant que cette vidĂ©o est faite, j’ai beaucoup moins d’apprĂ©hensions pour les suivantes.

Alors, si aprĂšs avoir appliquĂ© les premiĂšres techniques que je vous ai citĂ©es dans cet article, vous vous rendez compte que vos peurs sont plus profondes et qu’il n’est pas si simple de vous en dĂ©barrasser, vous avez peut-ĂȘtre, comme moi, besoin d’un regard et d’un accompagnement extĂ©rieur. Un coach est Ă  mĂȘme de vous aider Ă  identifier ces peurs, de vous accompagner Ă  les dĂ©passer et de lever vos  blocages, quel que soit le domaine qui vous bloque.

De mon cĂŽtĂ©, je continue d’enlever ces freins, grĂące Ă  ma coach et surtout je me remercie d’avoir acceptĂ© d’avoir besoin de ce coup de pouce pour passer le cap.

En rĂ©sumĂ©, affronter ses peurs, c’est OSER

La peur peut paralyser vos actions si vous la laissez vous envahir. Car elle est insidieuse, elle est invisible. Elle se cache mĂȘme sous d’autres noms : inquiĂ©tude, angoisse, anxiĂ©tĂ©.

Si vous la laissez vous diriger et vous maintenir dans votre zone de confort, votre zone de confort risque de se rĂ©duire et vous allez vite vous sentir Ă  l’Ă©troit.  Or, augmenter sa zone de confort, c’est aussi gagner en assurance, en confiance en soi. Je vous parlais justement de la mĂ©thode graduelle pour gagner en confiance en soi.

Ressentir la peur, dĂ©cider d’ouvrir les yeux et prendre conscience que vous avez peur, c’est gĂ©nial !

Vous avez fait ce premier pas.

Maintenant, vous pouvez regarder vos peurs en face et les stopper dans leur Ă©lan. Ce n’est pas parce qu’elles sont lĂ  qu’elles vont dicter votre vie. Affronter ses peurs, c’est les accepter, les Ă©couter, et passer outre, comme une Ă©lucubration de votre esprit. Car le danger n’est pas rĂ©el.

Affronter ses peurs, c’est Oser y aller, malgrĂ© la peur.

 

Alors, oĂč en ĂȘtes-vous avec vos peurs ? Les avez-vous identifiĂ©es ?
Sont-elles tranquillement lĂ  ou vous empĂȘchent-elles d’avancer ?
comment affronter ses peurs les plus profondes
affronter ses peurs citation
Partager sur les réseaux sociaux
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  • 5

10 Commentaires

  1. MARIE C

    S’exposer est un de vos conseils et vous le faites trĂšs bien, bonne continuation Caroline !

    RĂ©ponse
    • Caroline Drouart

      merci Marie, on peut aussi y aller pas Ă  pas pour s’exposer. Depuis cette vidĂ©o, j’ai crĂ©Ă© un groupe sur facebook rĂ©servĂ© aux femmes et oĂč je fais dorĂ©navant des Live, pour pouvoir Ă©changer en direct. J’ai rĂ©ussi Ă  passer ce cap, et au final, j’adore ! Je ne sais mĂȘme plus pourquoi j’hĂ©sitais đŸ€Ł

      RĂ©ponse
  2. Syo

    Vraiment trĂšs intĂ©ressant, ces conseils me seront trĂšs utiles, vu la pĂ©riode d’hĂ©sitation et de stress que je traverse en ce moment !

    RĂ©ponse
    • Caroline Drouart

      Heureuse si je peux t’aider 😊

      RĂ©ponse
  3. Gaëlle

    Comme d’habitude trĂšs bel article ! Ici tu te livres et cela rend ton tĂ©moignage beau et fort. En tant qu’adepte de la procrastination intelligente, je ne peux que te suivre et trouver un moyen d’avancer. Comme toi, je n’ai plus envie de combat mais d’harmonie et cela vient je pense par des dĂ©fis et de l’acceptation. Merci caroline !

    RĂ©ponse
    • Caroline Drouart

      Merci Gaelle, heureuse de voir que je ne suis pas la seule à en avoir marre du combat 😁

      RĂ©ponse
  4. Maëva

    Article super intéressant, je suis super en accord avec ça. Je passe mon temps à avancer alors que je suis terrifiée lol

    RĂ©ponse
    • Caroline Drouart

      Merci MaĂ«va, tu avances terrifiĂ©e, mais c’est exaltant finalement non ?

      RĂ©ponse
  5. Emilie Marie Berge

    Ton article n’aurait pas pu tomber plus a point!! J’ai eu une seance de coaching ce matin ou j’ai moi aussi soulever le couvercle… Du coup je suis toute retournee aujourd’hui et j’avance tout doucement, le temps d’encaisser le coup. Je reviendrai lire ton article a nouveau demain avec une tete un peu plus claire. Bon courage pour ton lancement (quand tu seras prete ;))!

    RĂ©ponse
    • Caroline Drouart

      Ah, soulever le couvercle…Se laisser du temps d’encaisser le coup, tu as tout Ă  fait raison, moi j’appelle ça digĂ©rer 😊

      RĂ©ponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenue


Je suis Caroline Drouart, j’accompagne les femmes actives Ă  se sentir mieux dans leur corps et dans leur tĂȘte, Ă  dĂ©poser leur bouclier et Ă  se reconnecter avec leur nature profonde grĂące Ă  mes conseils, exercices de coaching et accompagnement individuel.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page Qui suis-je

Suivez-moi sur les réseaux sociaux