Bien être en cours

 

 

Bien dans sa peau et dans sa tête,

réveillez votre esprit et affinez votre silhouette

Bien être en cours

 

Bien dans sa peau et dans sa tête,

réveillez votre esprit

et affinez votre silhouette

Les bienfaits des sons sacrés tibétains [Défi anti-stress 7]

20 Juil 2020 | Prendre soin de soi | 18 commentaires

Bienvenue sur le blog Bien être en Cours 🙂 Si vous êtes nouveau ici ou de retour, vous voudrez sans doute lire mon livre "Les 6 piliers d'une journée qui déchire" pour booster votre journée et avancer vers vos objectifs de vie : Cliquez ici pour le télécharger gratuitement 🙂

Sons sacrés tibétains  : vous allez vous dire « qu’est-ce qu’elle a encore trouvé ? »

Il est vrai que dans le cadre de mon défi anti-stress, je suis à la recherche de techniques et pratiques inattendues.

Mais là, je n’ai pas cherché.

Cette pratique est venue à moi.

C’est un atelier organisé sous forme d’événement, apparu dans mon fil d’actualité sur Facebook. J’ai pourtant réduit les moments où je consulte les réseaux sociaux. Mais cet événement était là, juste pour moi… Et j’ai envie de le partager, alors je propose à une amie d’y participer avec moi. Je me réjouis de ce partage !

Cela fait longtemps que je n’ai pas participé à un atelier collectif.

J’ai pris contact avec Katiana, qui anime cet atelier, et j’ai découvert son site web sur la thérapie par le son. Elle y expose les différentes pratiques liées au son : la relaxation sonore, les bols tibétains, le massage sonore

J’avais lu quelques lignes sur la sonothérapie, mais sans m’y attarder, ne voulant pas me risquer à tester différentes « thérapies »; alors, lorsque je choisis cet atelier des sons sacrés tibétains, je me dis qu’il s’agit plus d’une relaxation, sous forme de découverte… mais je vais être surprise !

 

Dans mon imaginaire, lorsque je pense aux sons sacrés tibétains, je pense aux bols, aux gongs…

L’atelier se déroule dans les locaux de Holi Office. Nous sommes 7, entre femmes, encore une fois. N’y a -t-il donc que les femmes qui se préoccupent de leur bien-être ? les hommes n’en ont-ils pas besoin ? Ou peut-être ont-ils d’autres méthodes ?

Nous sommes toutes en cercle sur des tapis de yoga avec Katiana, qui nous explique le déroulement de la séance.

Tout d’abord une méditation guidée pour se relaxer. Chacune décide de la position qui lui permettra de se relaxer au mieux, assise en tailleur, allongée…

Pour moi, c’est un mix, j’aime être en position tailleur, mais au bout d’un moment, mon dos (toujours lui), ne tient plus, et je décide de m’allonger.

Cette méditation guidée nous amène à relâcher chaque zone, chaque partie du corps.

 

Après la méditation, nous revenons en position assise. Nous allons continuer la séance en chantant un son différent au niveau de chaque chakra.

 

sons sacrés tibétains visuel

 

 

Les 5 sons sacrés tibétains

Je suis surprise, ce n’est pas ce que j’attendais : je pensais entendre des sons sacrés, des sons émis par des instruments. En fait, c’est moi, le groupe, nous toutes, qui allons émettre ces sons sacrés.

 

Les chakras « hauts »

Le #1er son sacré que nous allons émettre, le son A, est en concordance avec les chakras « hauts » , celui au niveau du front (le 3e œil) et le chakra couronne (au-dessus de la tête) :.

Cette expulsion de sons est calée sur la respiration : inspiration puis émission du son à l’expiration. Nous produisons ce son plusieurs respirations d’affilée.

Je sens que ma tête chauffe, une sensation très intense, tout autour de ma tête. Étrange…

Le plus surprenant : nos voix sont comme à l’unisson, j’ai l’impression que toute la pièce vibre.

L’effet est saisissant !

Le son résonne en moi et dans toute la pièce ;  je suis surprise d’entendre ma voix s’accorder avec celle des autres.

 

Le chakra de la gorge

Nous travaillons le #2e  son sacré, Om, à partir du chakra de la gorge. Entre chaque son, nous prenons le temps d’apprécier les effets sur notre corps. Là, pour la gorge, il ne se passe rien chez moi, je cherche, mais je ne ressens pas d’effet particulier.

7 chakras

Le chakra du coeur

Nous passons ensuite au chakra du cœur. Katiana nous indique en mots tout ce que recèle ce chakra : amour, joie, bienveillance, équanimité. J’ai bien retenu ce dernier car je l’ai déjà entendu, mais jamais prononcé… Après recherche, c’est une variante de la sérénité.

Nous prononçons un nouveau son, Houng, sur ce chakra, en ressentant toutes les qualités liées à notre cœur.

Juste après avoir prononcé, plusieurs fois, ce son, nous varions l’exercice : chanter, de la même façon, chacune un mot qui nous correspond à ce moment-là vis-à-vis du cœur.

Un mot pour nous ou pour les autres.

Chacune choisit un mot pour elle, et tout le groupe le chante à l’unisson, ce moment-là est comme une communion.

Bien que ce moment soit un moment pour prendre soin de soi, il est incroyable de ressentir les effets des vibrations émises par tout le groupe : chaque mot chanté retentit en moi, même si ce n’est pas celui que j’aurais choisi. Plénitude, partage, amour, joie, et même Agapé (celui-là, je suis allée chercher sa signification : mot grec pour amour divin et inconditionnel).

Ça doit être ça le partage : donner aux autres en se donnant à soi-même.

Lorsqu’arrive mon tour, je choisis le mot bienveillance. En fait, c’est surtout bienveillance pour moi. Je suis déjà bienveillante avec les autres, et il serait temps que je me l’applique à moi-même ! Prononcé par tout le groupe, ce mot a vraiment une saveur différente et qui fait du bien !

 

Le chakra solaire

Une fois bien intégré ce moment, nous passons au chakra du plexus solaire; Le son sacré que nous chantons à ce moment, Ram, résonne également mais cela va au-delà, il rayonne littéralement autour de moi, au-delà de vibrer à l’intérieur.

 

posture de méditation pour les sons sacrés

 

Le chakra sacré

Puis nous arrivons au chakra sacré. Situé en dessous du nombril, c’est le chakra qui va nous aider à libérer les membres inférieurs, jambes, pieds. Je me dis que j’en ai bien besoin, mes jambes ne bougent pas assez en ce moment ! Cette fois, le son sacré va être différent : le son Dza n’est plus un son « chanté » mais « expulsé« , comme une libération.

Un son qui sert à lâcher prise, et qu’on va pouvoir sortir autant de fois et de toutes les façons qu’on veut. Katiana nous invite à nous lâcher.

Pour moi, c’est un déluge, mais pas grâce à l’expulsion du son.

Tout ce que j’arrive à sortir à ce moment-là, c’est un murmure.

Ma tête chauffe, les larmes coulent, je n’arrive plus à les freiner.

J’entends autour de moi les sons libérateurs de certaines autres participantes, mais je n’arrive pas à expulser le mien.

Je réessaie, mais ça bloque, je suffoque.

Seuls de légers souffles arrivent à dépasser mes lèvres.

Le lâcher-prise… pas sûre que ce soit ça.

J’ai plus l’impression que mes larmes étaient dues à mon impuissance à sortir un son !

J’arrête d’essayer de comprendre, de toute façon, je suis vidée !

J’ai très soif, je comprends à quoi sert la bouteille d’eau recommandée.

 

 

Un chant sacré en fin de séance

 

Après ce dernier son, nous faisons une relaxation, allongées, et nous reconcentrons sur notre corps et notre souffle.

Pour clôturer la séance, Katiana nous apprend les paroles du mantra à chanter avec le chant qui termine l’atelier. Évidemment, ces paroles nous semblent difficiles à retenir, c’est du tibétain, mais lorsque nous commençons à chanter, le rythme et les paroles sont faciles à suivre.

Je ne chante jamais comme cela en public. Nous sommes assises en tailleur, les yeux fermés, en train de chanter en tibétain… Cela fait un bien fou, très reposant et relaxant. Je n’empêche pas mon esprit de vagabonder… Tiens, si je m’inscrivais dans une chorale ? Bon, pas pour être soliste, hein, mais pour partager ces moments chantés, ça doit être très sympa !

Je remercie Katiana qui m’a donné le lien du mantra sur Youtube :

 

 

Les sons sacrés tibétains : un lâcher-prise étonnant

 

Avec le recul, je me rends compte que cet atelier m’a demandé un gros effort : sortir ces sons en public, j’ai trouvé cela tellement difficile au début, plus facile par la suite, car j’ai beaucoup aimé chanter sur la chanson finale.

L’effet groupe est vraiment incroyable : entendre ma voix mêlée à celle des autres et résonner ensemble est une sensation vivifiante et apaisante à la fois.

Au sortir de cet atelier, je sens que j’ai lâché quelque chose, des émotions, des blocages… ?

Je ne sais pas trop, mais cette nouvelle pratique a provoqué du mouvement en moi.

Avec toutes ces pratiques que je découvre, beaucoup de choses en moi bougent.

Et dire que je croyais avoir déjà beaucoup travaillé en profondeur. Il me reste encore beaucoup de choses à remuer, là ?

 

Si vous aussi vous avez vécu une expérience sur la base des sons ou chants sacrés, dites-le moi dans vos commentaires 😊

 

Consultez ces articles pour découvrir les autres techniques testées :

Partager sur les réseaux sociaux
  •  
  •  
  •  
  •  

18 Commentaires

  1. Angélique

    Coucou Caroline,

    Ton article donne vraiment envie d’essayer…

    Merci de partager avec nous tes découvertes.

    Réponse
    • caroline

      Il ne reste plus qu’à chercher alors…

      Réponse
  2. Marion

    Super article ! Ca fait plaisir de lire sur ce sujet car j’adore les sons tibétains. J’ai beaucoup pratiqué pendant ma grossesse associé au yin yoga une tuerie 🙂 Merci à toi.

    Réponse
    • caroline

      Génial, pendant ta grossesse ? l’effet devait être bénéfique pour vous 2. Est-ce que tu continues ?

      Réponse
  3. Jess YogaTechnique.Net

    Superbe expérience qui donne envie ! Tu racontes ça très bien et ta voix est très agréable à écouter, j’ai été transportée. Merci !

    Réponse
    • caroline

      Bonjour Jess, ton commentaire me touche, c’est très réconfortant, merci à toi pour ce retour !

      Réponse
  4. CorinneAkTosi

    Merci pour cette découverte partagée. On a vraiment envie de tester à la fin de cet article, mission accomplie 😉

    Réponse
    • caroline

      👍 merci Corinne, go !

      Réponse
  5. Anthony

    Merci Caroline, c’est une superbe expérience que tu nous partages.

    Moi je suis un homme, je ne connaissais pas plus que ça les chants tibétains et ton podcast me donne envie d’essayer.
    Le « dza » dont tu parles me fait penser aux « kiaï », le cri des pratiquants de Kata ou d’arts martiaux en général qui est expulsé (je trouve totalement adapter ce mot que tu utilises) lorsqu’ils exécutent une action forte.
    Bravo pour cet article.

    Réponse
    • caroline

      merci Anthony de ton retour, eh oui, tu es un homme, tu me mets sur la piste… le sport serait-il le moyen pour les hommes (enfin certains) de prendre soin d’eux ?

      Réponse
  6. Sophie

    Bonjour,
    J’ai bien aimé la description des sensations vécues par les sons sacrés tibétains.
    J’ai testé une expérience de groupe pour le son « Om » c’est incroyable de voir toutes ces bonnes vibrations 😀
    A refaire !

    Réponse
    • caroline

      En effet, je connaissais déjà l’effet vibration avec le sen Om dans mes cours de yoga, puissant !

      Réponse
  7. Yannick

    Merci beaucoup du partage de ton expérience sur ce sujet très intéressant !

    J’ai eu l’occasion de passer du temps au Népal dans un temple bouddhiste tibétain et les chant que l’on peut entendre son tellement intense…

    Le pouvoir du sons et de la voix sont souvent sous-estimé 😉

    Réponse
    • caroline

      je suis bien d’accord, je n’aurais jamais imaginé un tel effet !

      Réponse
  8. Anne-Angélique

    Ta phéno-description est très détaillée et très intéressante ! Le partage de ton expérience donne très envie de vivre cette expérience à son tour !

    Réponse
    • caroline

      Merci Anne-Angélique, je suis très heureuse de partager cette envie !

      Réponse
  9. Mélissa

    Hello Caroline, je me suis amusée à prononcer les sons en même temps que je lisais ton article pour voir si je retrouvais les sensations. Intéressant comme exercice ! J’invite les personnes qui te liront à faire de même 🙂

    Réponse
    • caroline

      Coucou Mélissa, je suis contente si tu t’es amusée 😉
      les sensations de vibration en groupe sont vraiment incroyables, à tester 😁

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

18 Commentaires

  1. Angélique

    Coucou Caroline,

    Ton article donne vraiment envie d’essayer…

    Merci de partager avec nous tes découvertes.

    Réponse
    • caroline

      Il ne reste plus qu’à chercher alors…

      Réponse
  2. Marion

    Super article ! Ca fait plaisir de lire sur ce sujet car j’adore les sons tibétains. J’ai beaucoup pratiqué pendant ma grossesse associé au yin yoga une tuerie 🙂 Merci à toi.

    Réponse
    • caroline

      Génial, pendant ta grossesse ? l’effet devait être bénéfique pour vous 2. Est-ce que tu continues ?

      Réponse
  3. Jess YogaTechnique.Net

    Superbe expérience qui donne envie ! Tu racontes ça très bien et ta voix est très agréable à écouter, j’ai été transportée. Merci !

    Réponse
    • caroline

      Bonjour Jess, ton commentaire me touche, c’est très réconfortant, merci à toi pour ce retour !

      Réponse
  4. CorinneAkTosi

    Merci pour cette découverte partagée. On a vraiment envie de tester à la fin de cet article, mission accomplie 😉

    Réponse
    • caroline

      👍 merci Corinne, go !

      Réponse
  5. Anthony

    Merci Caroline, c’est une superbe expérience que tu nous partages.

    Moi je suis un homme, je ne connaissais pas plus que ça les chants tibétains et ton podcast me donne envie d’essayer.
    Le « dza » dont tu parles me fait penser aux « kiaï », le cri des pratiquants de Kata ou d’arts martiaux en général qui est expulsé (je trouve totalement adapter ce mot que tu utilises) lorsqu’ils exécutent une action forte.
    Bravo pour cet article.

    Réponse
    • caroline

      merci Anthony de ton retour, eh oui, tu es un homme, tu me mets sur la piste… le sport serait-il le moyen pour les hommes (enfin certains) de prendre soin d’eux ?

      Réponse
  6. Sophie

    Bonjour,
    J’ai bien aimé la description des sensations vécues par les sons sacrés tibétains.
    J’ai testé une expérience de groupe pour le son « Om » c’est incroyable de voir toutes ces bonnes vibrations 😀
    A refaire !

    Réponse
    • caroline

      En effet, je connaissais déjà l’effet vibration avec le sen Om dans mes cours de yoga, puissant !

      Réponse
  7. Yannick

    Merci beaucoup du partage de ton expérience sur ce sujet très intéressant !

    J’ai eu l’occasion de passer du temps au Népal dans un temple bouddhiste tibétain et les chant que l’on peut entendre son tellement intense…

    Le pouvoir du sons et de la voix sont souvent sous-estimé 😉

    Réponse
    • caroline

      je suis bien d’accord, je n’aurais jamais imaginé un tel effet !

      Réponse
  8. Anne-Angélique

    Ta phéno-description est très détaillée et très intéressante ! Le partage de ton expérience donne très envie de vivre cette expérience à son tour !

    Réponse
    • caroline

      Merci Anne-Angélique, je suis très heureuse de partager cette envie !

      Réponse
  9. Mélissa

    Hello Caroline, je me suis amusée à prononcer les sons en même temps que je lisais ton article pour voir si je retrouvais les sensations. Intéressant comme exercice ! J’invite les personnes qui te liront à faire de même 🙂

    Réponse
    • caroline

      Coucou Mélissa, je suis contente si tu t’es amusée 😉
      les sensations de vibration en groupe sont vraiment incroyables, à tester 😁

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.




Suivez-moi sur les réseaux sociaux

%d blogueurs aiment cette page :